logoligue2Le portail
de la laïcité

La Laïcité et la commune II. L'hôpital

Écrit par conte. Publié dans Dans la commune

L’hôpital, quand il y en a un sur le territoire de la commune, est un lieu spécifique.

Ce service public et ses agents sont neutres. Ils n’arborent pas de signes religieux. Leurs opinions n’ont pas à se manifester. Question laïque décisive : les hôpitaux sont tenus d’assurer les moyens d’exercer le droit à l’IVG (interruption volontaire de grossesse), nonobstant la clause de conscience reconnue à certains médecins. Tous les patients sont traités de la même façon. Chaque patient dispose de sa liberté de conscience. Les croyants peuvent se recueillir, recevoir la visite de ministres de leurs cultes, s’exprimer librement, mais sans prosélytisme, se nourrir suivant leurs préceptes, dans la mesure du possible. L’hôpital ne peut matériellement pas prendre en charge tous les interdits religieux, qui très nombreux. Pourtant les choix personnels sont respectés, en particulier en cas de décès. Le malade est pris en charge par une équipe soignante et non par un praticien unique. Le secret médical est garanti. Le libre choix du médecin est posé en principe. De manière générale, les convictions religieuses ne peuvent perturber l’organisation du service, la distribution des soins, et encore moins créer des désordres persistants ou des agressions.

hopital-de-jour.jpg

Une circulaire du 2 février 2005 détaille les modalités de l’application du principe de laïcité à l’hôpital.